lundi 27 avril 2009

Bernard Lavilliers : question de peau

B: Ils m'ont arrêté une nuit
ou le froid jouait du rasoir
Rue de Flandres, loin du pays
Entre le crack et le poignard

Question de peau-question de veine et de couleur

T: Je me suis planqué comme un rennard
Train d'atterisage d'un avion
Dans le container d'un baqnaud
dans la chambre à air d'un camion

Question de peau-question de veine et de couleur

Refrain: Arriver, au fond des corridors
Travailler au noir jusqu'à la mort
Clandestins, traqués par la police
Silencieux au bord du précipice

B:C'est à fleur de peau qu'on explique la forêt sanglante et l'horreur

T:Si Charles taylor c'est l'Afrique, vaut mieux annoncer la couleur

Question de peau-question de veine et de malheur

Musique et musiciens d'Afrique-faut voir l'immigration des blancs
On peut crever, c'est très ethnique, avec l'extrême onction des grands

Question de peau-question de veine et de couleur
Question de trop-question de chance-marge d'erreur

Refrain: Arriver, au fond des corridors
Travailler au noir jusqu'à la mort
Clandestins, traqués par la police
Silencieux au bord du précipice


Hommage à ceux qui , pour survivre, sont obligés de quitter leur famille, leurs amis, leur village, leur pays. La lutte qu'ils mennent actuellement pour être reconnus comme des travailleurs à part entière portera ses fruits pour nous tous. C'est celle pour le droit à la dignité.

dimanche 5 avril 2009

Anais en concert aux Docks des Suds

Quand un copain m'a proposé d'aller voir Anaïs et sur tout quand j'ai accepté , je me suis demandé ce qui me passait par la te . aurais-je disjoncté ?

Le peu de copains auxquels je m'en suis ouvert se sont bien foutus de moi....

C'est en ruminant ces pensées que je me pointe , un peu en avance , aux docks des Suds. Celà fait une éternité que je n'étais pas venu... Depuis le passage de Sinsemilia.. ne me demandez pas l'année. C'était après l'incendie et le concert avait eu lieu sous la passerelle de la voie rapide qui longe les docks.

vendredi 3 avril 2009

Anaïs plus rock que jamais

Photo DR

La chanteuse tourne la page de son "Cheap show" avec un concert plus musclé. A Montfavet et Marseille
"Je suis fière de mon disque, la production était parfaite. Artistiquement, c'est exactement ce que je voulais faire: plus travaillé, plus mélodique. Les chiffres de vente? Je ne les connais pas et à vrai dire… Ce qui m'intéresse le plus, c'est la bonne réponse du public aux concerts." Revoilà Anaïs. Le cheveu toujours court et la langue toujours pas de bois.

jeudi 2 avril 2009

Libération: Paco de Lucía sur le qui-vive

 Un long «exil» doré dans le Yucatan, histoire de se remettre des tournées ; trois ans sans monter sur une scène ; six ans depuis son dernier disque, Luzia... La réapparition du guitar-hero d'Algésiras, installé à Tolède depuis 2003, a commencé, en juin, par une tournée en Espagne triomphale. Plaisir de jouer avec de nouveaux musiciens, virtuosité, modestie et exigence intactes : à «maestro», Paco de Lucía préfère le titre de «perfectionniste». Surtout, Francisco Sanchez Gomez (son vrai nom) abhorre l'image de la star «pathétique qui se repose sur ses lauriers et vit de ses rentes».

A 56 ans et vingt-six albums, après avoir moissonné la gloire mondiale, forcé l'admiration des plus grands (de Miles Davis à Chick Corea en passant par Camarón de la Isla), révolutionné la guitare flamenca et ouvert la voie aux Gerardo Núñez, Cañizares, Vicente Amigo...Crâne dégarni, barbe de pâtre et visage héraldique, Paco de Lucía entend tenir son rang. «J'ai toujours eu peur de me répéter. J'ai besoin de montrer que j'ai toujours quelque chose à dire avec la guitare. Sinon, je disparaîtrai. Chaque disque a été une longue épreuve, des journées entières à me creuser, l'angoisse de ne rien proposer de neuf.»

Tourment. Cositas buenas ne fait pas exception. A l'image de ses albums les plus personnels, Almoraima (1976), Siroco (1987) ou Ziryab (1990), ce nouvel album a valu au guitariste de longues heures de tourment en studio. Bien que ponctué de morceaux très rythmés (bulerias, tangos, rumbas...), Paco espère «lui avoir donné cette profondeur sans quoi le flamenco se fourvoie, et avoir répondu aux attentes...». Cette peur, au fond, d'être aveuglé par le concert de louanges qui l'accompagne partout et ne facilite pas le jugement objectif sur lui-même. D'où, selon lui, la nécessité de la scène. «C'est l'épreuve de vérité. Après une si longue absence, cela m'a demandé beaucoup d'efforts de redonner des concerts. Physiquement, c'est épuisant. Mais cela ne ment pas.»

La semaine dernière, Paco de Lucía a reçu le prix «prince des Asturies» pour les arts, la plus haute récompense espagnole. Il ne boude pas son plaisir. Cette reconnaissance, il sait ne pas l'avoir volée ­ «Je ne dois mon succès qu'à moi-même» ­, mais il n'est pas dupe : son pays, qui tresse des lauriers à une icône, continue de prendre de haut le flamenco. «Cela a un peu évolué ces derniers temps mais historiquement, le flamenco a été maltraité en Espagne. Au Brésil ou à Cuba, pays d'une richesse musicale extraordinaire, les artistes ont le même problème : les gens, surtout les classes moyennes et hautes, ont honte de leur folklore.» Ce qui fait courir Paco, plus que l'argent et la renommée, c'est la cause de cet art : «Le flamenco est l'un des genres musicaux les plus sophistiqués et exigeants.»

Etendard. Humble mais sans fausse modestie, l'artiste adulé se sent «responsable», n'ignorant pas que, pour une génération se réclamant de lui, Paco de Lucía a été le meilleur étendard du flamenco, celui grâce à qui les salles de concerts se remplissent. Comme il le rappelle lui-même, il n'a pas oublié ses origines. Celles du fils d'un tocaor (guitariste) d'Algésiras qui jouait des nuits entières «pour se payer un petit déjeuner» et qui obligeait son fils à se torturer les mains sur une guitare pendant douze heures d'affilée. Celles, aussi, d'un payo (non-Gitan) qui a eu l'immense avantage d'absorber naturellement les rythmes flamencos : «Ma chance a été de vivre et penser comme eux.»

François MUSSEAU le 26 octobre 2004