mercredi 29 avril 2015

Ana Popovic à Lomme : « Le public du Nord est particulièrement sensible au blues » (La Voix du Nord)

 Celle que les mélomanes surnomment la « Jimi Hendrix au féminin » fait dix dates en France au cours de ce mois d’avril. Avant sa venue, ces jeudi et vendredi, à Lomme pour deux concerts déjà complets au festival Jazz en Nord, la belle rockeuse serbe nous a accordé une interview.

lundi 27 avril 2015

Marcus Miller. Basse partout (Libération)



Tête bien faite, le bassiste phare du jazz-funk déterre les racines du groove en Afrique, et se fait l’écho de la colère noire.

Amateurs ou pro, les musiciens disent simplement «Marcus», comme on évoque «Miles» ou «Django». La perte du patronyme est signe qu’on est arrivé au niveau ultime. Pour faire court, Marcus Miller est à la basse électrique ce que Davis était à la trompette et Reinhardt à la guitare : un son signature, aussi reconnaissable qu’imité. Le sien est «agressif, métallique, rythmique». C’est celui du slap, figure funk où le bassiste frappe sèchement les cordes graves avec son pouce et tire les aigus. Un style auquel il a donné ses lettres de noblesse, malgré le mépris des critiques pour la technique. «Ce n’est pas un son passif, il force l’auditeur à décider s’il aime ou pas», balaye-t-il, chapeau porkpie vissé sur le crâne, fine moustache et diamant à l’oreille. Il a exactement la même tête que sur toutes ses pochettes depuis vingt ans.

mercredi 22 avril 2015

Cassandra Wilson fait revivre Lady Day (Le Monde)

Cent ans après la naissance de Billie Holiday, la chanteuse remet sa musique en lumière

C'est d'abord un son, une profondeur de champ. Un espace sonore à la fois aéré et dense dans lequel la voix de Cassandra Wilson, grave dans sa tessiture et son propos, se pose avec grâce. Une femme demande à l’homme qu’elle aime et qui, elle le sait, la trahit de se dispenser d’explications. Don’t Explain. Billie Holiday a écrit cette chanson avec Arthur Herzog, Jr. et l’a enregistrée en 1944. Soixante-dix ans plus tard, Cassandra la recrée à sa manière, au moment où l’on célèbre le centenaire de la naissance de Lady Day, morte à 44 ans.

lundi 20 avril 2015

Nneka, cendrillon du delta (Libération)

Photo Boris Allin


Révélée en Allemagne, la star du reggae a choisi de vivre dans son Nigeria natal, malgré la corruption et Boko Haram.



Souvenir d’été. Il y a quelques années, dans la brise d’un après-midi au bord de l’Atlantique, Nneka est sur une scène des Escales, très recommandable festival à Saint-Nazaire. Vêtue d’une robe informe (un sac de patates ?), elle envoie au public son reggae prophétique et ses ondes bienfaisantes. Les bras tendus, les yeux mi-clos, elle semble léviter. Pas de maquillage, pas de tenue affriolante ou spectaculaire : sa beauté métisse se passe d’artifices. La magie de sa voix et l’efficacité de ses musiciens parachèvent le travail. «De ce point de vue, je n’ai pas changé, dit en souriant la jeune femme dans un café parisien. Professionnellement, il n’y a que la musique qui m’importe. Le reste c’est, comment dire, des distractions… c’est correct ?» Nneka tourne parfois autour des mots dans son effort pour parler le français mais trouve vite l’expression pertinente. Quitte à passer par de charmants anglicismes : «Je vais essayer de parler proprement.»
Sur le même sujet


vendredi 17 avril 2015

Izia souffle fort. Sa "Vague" va vous emporter ( Obsession)






Après ses deux précédents albums en anglais, la fille Higelin revient en VF. Et ne déçoit pas.



Si, pour son nouvel album, Izia chante en français, la fille Higelin n'a pas perdu sa voie. Ni sa voix. Mais qu'attendions-nous de la belle rebelle avec "La Vague", album qui sort lundi 13 avril ? Qu'elle puise encore dans la veine de ses albums énervés de 2009 (qui porte son pseudo) et de 2011 ("So Much trouble") ? Là, on aurait taxé la sauvageonne de facilité ou d'auto-parodie. Non, elle a osé. Et, à vrai dire, elle (l')a bien fait.



mercredi 15 avril 2015

Souad Massi met en lumière les poètes arabes d’hier et d’aujourd’hui (L'Humanité)

photo Sophie LE ROUX leroux.photographe@gmail.com




Avec le somptueux CD El Mutakallimun(les orateurs), la douce diva algérienne répond à la stigmatisation islamophobe 
par la puissance et la beauté du verbe.

Audacieuse, Souad Massi a autoproduit et réalisé le splendide disque El Mutakallimun (les orateurs), consacré à de grands poètes arabes de l’ère préislamique à nos jours. Comme en écho aux insurrections populaires qui ont éclaté dans des pays arabes et maghrébins, elle a porté son choix sur des auteurs contestataires ou anticonformistes, qui ont inscrit la poésie arabe en lettres d’or dans le patrimoine culturel universel. Une initiative pertinente, visant à mieux faire comprendre la richesse et la subtilité de cette culture, alors que la stigmatisation touche de plein fouet les musulmans.

dimanche 12 avril 2015

Le piano, nouvelle accroche du jazz (Le Figaro)


Une jeune génération s'est emparée de cet instrument pour proposer des albums aux styles variés.

Ils sont jeunes, ont grandi à l'écoute de multiples musiques, sont habitués à se produire aux quatre coins du monde et approchent leur instrument avec autant de passion que d'érudition: les pianistes de jazz ont la cote. Bon nombre d'entre eux sortent actuellement des albums qui reflètent l'éclectisme et la diversité des styles lorsque l'on aborde le piano. «Au piano, on a le sentiment d'être à la fois pianiste et chef d'orchestre, explique Jacky Terrasson. Chaque octave représente une section d'orchestre: en jouer, c'est comme diriger un big band.»

jeudi 9 avril 2015

Ambrose Akinmusire, jazzman penseur (L'Humanité)



En janvier, le jeune musicien américain a reçu, pour la seconde fois, le grand prix de l’Académie du jazz, consacrant son album "The Imaged Savior Is Far Easier To Paint" meilleur disque 2014.

Un nom à retenir ! Propulsé en une poignée d’années parmi les révélations majeures du jazz, le trompettiste Ambrose Akinmusire vient de se voir accorder le grand prix de l’Académie du jazz, assemblée de spécialistes votant une dizaine de distinctions annuelles et dont Boris Vian fut un membre éminent. Cette récompense lui a été décernée pour The Imagined Savior Is Far Easier To Paint, son deuxième disque paru sur l’historique label Blue Note. Retenu aux États-Unis, il a envoyé une vidéo de remerciements, diffusée en janvier lors de la cérémonie, avec un message inattendu…
Dans la lignée d’Archie Shepp

« Mustapha », « Wolinski », « Cabu »… On voit le musicien, vêtu d’un tee-shirt rouge, improvisant, non pas à la trompette, mais au piano, et brandissant une série de Post-it, dont chacun arbore le nom d’une victime de la tragédie. Bouleversant hommage aux disparus de Charlie Hebdo et du 9 janvier. La solennité du requiem est lacérée, ici, d’accords dissonants, là, d’une incantation stridente. Un cri surgi du cœur.

mardi 7 avril 2015

Moussu T revisite l’opérette (La Marseillaise)





Moussu T e lei jovents a investi l’Eden-Théâtre de La Ciotat pour mettre à l’honneur l’opérette marseillaise. Ils seront au Dock samedi dans le cadre du festival Babel Med Music.




Soirs de fête à l’Eden Théâtre vendredi et samedi derniers à l’occasion de deux soirées spécialement concoctées par le groupe ciotaden afin de mettre en lumière un pan entier de notre patrimoine provençal. Les spectateurs pourront les retrouver ce samedi soir au Dock des Suds dans le cadre du festival Babel Med Music.

lundi 6 avril 2015

"Can You Stand the Heat ?" : le blues en fusion d'Ana Popovic (Culturebox)




Avec ce nouveau CD, la chanteuse guitariste serbe poursuit sa route vers la consécration et la reconnaissance internationale, en affinant une recette qui lui réussit bien : un blues électrique, teinté de funk et de jazz, nappé d’une bonne couche de guitare en fusion… à profusion. Dans les bacs le 6 avril.   (Note du Webmestre: l'album "Can you stand the heat" est sortie en 2013)

dimanche 5 avril 2015

Led Zeppelin : Robert Plant reprend The Lemon Song avec Jack White (Le Figaro)







Le chanteur de la formation hard rock s'est associé au musicien américain pour réinterpréter l'un des titres phares de son groupe, lors d'un concert au festival Lollapalooza, en Argentine.

Les fans du festival Lollapalooza, en Argentine, ont eu droit à une très agréable surprise. Jack White, à l'affiche de la manifestation, a créé l'événement en invitant sur scène Robert Plant, également au programme. Ensemble, ils ont repris l'un des titres phares de Led Zeppelin: The Lemon Song.

vendredi 3 avril 2015

Limoux de toques en clochers









Le hasard fait bien les choses. Il a voulu que je passe par Limoux en cette fin de matinée. Il a voulu que ce jour là soit la fête Toques et Clochers.