lundi 31 août 2015

Les survivants du Buena Vista Social Club tirent leur révérence (Le Monde)

Au festival les Suds d’Arles, Omara Portuondo, Eliades Ochoa et leurs camarades ont donné leur dernier concert en France



Buena Vista Social Club fait ses adieux. A la France, au monde. De passage au festival des Suds à Arles, jeudi 16 juillet, après une ultime reprise de son répertoire devant un théâtre antique plein jusqu’au ciel, l’orchestre le plus célèbredela musique cubaine a quitté la scène, au-delà de minuit.


dimanche 30 août 2015

Rock en Seine : Jeanne Added, star des festivals de l'été (Le Figaro)


 

Elle est passée de l'ombre à la lumière en moins d'un an. L'artiste française multiplie les concerts et sera de passage à la manifestation francilienne, le 28 août. Retour sur sa carrière atypique.


samedi 29 août 2015

Les Hurlements d’Léo « Il y a un héritage Mano Mano qu’il faut se réapproprier » (L'Humanité)

L’ombre de Mano Solo sera présente à la Fête de l’Humanité. Décédé il y a cinq ans, l’artiste avait trouvé place à côté des grands noms de la chanson française que sont Ferré, Brel ou Brassens. Il symbolise pour toute une génération le grand frère poète et révolté. Les Hurlements d’Léo alliés à Napo Romero, son guitariste et ami, lui ont consacré un album hommage. Les Bordelais seront sur la petite scène (située dans l’espace Nord)pour donner vie et corps aux textes de Mano Solo. Laurent Bousquet, chanteur et guitariste des HDL, et Napo Romero nous en disent plus.

jeudi 27 août 2015

John Massa au Jam le 22 août 2015

Voilà un bon moment que je n'avais pas assisté à un concert de John Massa. Mais samedi, je n'ai pas raté l'opportunité de revoir mon saxophoniste marseillais préféré.

Il se produit dans une nouvelle boite jazz de Marseille: Le Jam. elle est située dans le quartier de La Plaine à Marseille (42 rue des Trois Rois).  L'entrée est surprenante avec une décoration du bar qui sort de l'ordinaire. Mais c'est un plaisir d'être accueilli par Henri Fiore qui animait précédemment un autre haut lieu du jazz: "le Rouge" à la Belle de Mai.

mardi 25 août 2015

Keith Richards, le roc du rock (Le Monde)




A 71 ans, l’éternel rebelle ressemble à sa légende jusqu’à la caricature. Avec « Crosseyed Heart », il remonte aux origines de sa musique.

 

dimanche 23 août 2015

Archie Shepp le magnifique ouvre en fanfare Uzeste musical (Le Monde)



Mardi 18 août. La 38e Hestejada de las arts (« festivité des arts ») à Uzeste (Gironde) est lancée. Colline sud du château de Roquetaillade, feu d’artifice, opéra, intitulé Fraternité. Devise de la République, version Bernard Lubat, énergumène, artiste poïélitique, meneur de bande, batteur psycho-tripe : « Liberté », on connaît, ça sert un peu à tout, et surtout au reste. « Egalité », on est loin du compte. « Fraternité », personne ne s’en occupe.

La compagnie Lubat au complet, plutôt augmentée, avec son inusable Fabrice Vieira, guitare et direction musicale, Lubat père (claviers) et Lubat fils (grand batteur, désormais), au four et au moulin et, en guest-star tout là-haut sur la colline, complet croisé, cravate bleu de guesde, chapeau très strict, Monsieur Archie Shepp. C’est un habitué des lieux.

vendredi 21 août 2015

Le jazz en barricade d’Archie Shepp et Bernard Lubat (L'Humanité)

De retour de Jazz in Marciac où chacun a marqué les esprits, les deux musiciens se rejoignent à Uzeste musical. 
Ils y poursuivront leur mission d’artistes : s’interroger, changer la société.

Archie Shepp retrouvera Bernard Lubat à Uzeste musical, lors de deux rendez-vous passionnants, le 18 août dans le cadre de l’« Artifice Opéra Fraternité » et, le lendemain, au sein du « Délibération Orchestra ». Le légendaire saxophoniste, dont la récente venue à Jazz in Marciac a créé l’événement, a embrasé le chapiteau gersois avec son Attica Blues Big Band, tandis que le maestro gascon et sa Cie Lubat, 12 août, ont fait de la scène de l’Astrada une tribune, où musique et verbe se sont élevés en joyeuse « lubarricade ». Discussion à bâtons rompus avec les deux amis
.




mardi 18 août 2015

Famille Chedid, l’atout cœur pour un carré d’as (L'Humanité)





Quatre musiciens de la même famille ensemble sur scène, voilà qui est pour le moins inhabituel. Rajoutez à cela le talent propre à la lignée Chedid et vous obtenez une affiche plus qu’alléchante.



lundi 17 août 2015

Bob Dylan, toujours au culte (Libération)



Dans son docu fleuve «No Direction Home», Martin Scorsese renforce l’aura de l’artiste sans parvenir à en percer le mystère.

Quand Jeff Rosen, le manageur de Bob Dylan, convainc Martin Scorsese de réaliser un documentaire sur son poulain, l’essentiel du boulot est déjà fait. Toutes les interviews, dont une pièce d’anthologie - dix heures de conversation privée avec le barde -, ont été réalisées et rassemblées par le méticuleux Rosen depuis 1995. Mais le manageur a besoin de l’œil du réalisateur de Casino et de sa caution artistique pour sublimer cette matière inédite, qui voit tremper du très beau linge - Joan Baez, Allen Ginsberg, Pete Seeger, Dave Van Ronk… Scorsese exécute la commande avec deux cents heures de rushs, sans rencontrer Dylan une seule fois. Sorti en 2005, le résultat s’intitule No Direction Home, en hommage au refrain du monument Like a Rolling Stone.

samedi 15 août 2015

Shaka Ponk, un rock délirant et sexy (L'Humanité)








Folie collective en perspective. L’énergie démesurée de ces rockeurs 2.0 va rythmer 
la Fête de l’Humanité et enflammer le public le 11 septembre.



jeudi 13 août 2015

L’oud envoûtant d’Anouar Brahem (Le Monde)



Le joueur de luth oriental présente « Souvenance », son nouvel album

Il a osé. Malgré les écueils et les doutes. Le joueur d'oud Anouar Brahem a enregistré avec un orchestre à cordes. L’Orchestra della Svizzera italiana, 18 musiciens dirigés par Pietro Mianiti. L’album Souvenance, présenté à Bordeaux par le Tunisien, vendredi 5 juin – première en France, en version orchestrale –, avec son parfait trio (François Couturier, piano ; Klaus Gesing, clarinette basse ; Björn Meyer, basse), mérite tous les superlatifs.

mardi 11 août 2015

Nina Simone, une aura qui ne cesse de croître (Le Monde)


Vendredi 26 juin, What happened, Miss Simone ?, documentaire de Liz Garbus consacré à Nina Simone (1933-2003), sera diffusé sur Netflix, après avoir été présenté au festival américain Sundance en janvier. Il n’est pas le premier (on se souvient de Madame Nina Simone : La légende, de Frank Lords, en 1992) à dérouler l’histoire de la star afro-américaine, dont l’aura n’a cessé de croître depuis sa mort en 2003. Sûrement parce qu’elle fut une artiste de son temps, et que ces temps, marqués par le clivage communautaire aux Etats-Unis, n’ont pas changé. Une émeute est toujours une émeute, un jeune noir tué par un policier blanc, toujours une victime, et I Put A Spell On you de Screaming Jay Hawkins (1956), une imprécation vaudoue, qu’aucune femme autre que Nina Simone n’aurait pu attaquer avec autant d’autorité.

dimanche 9 août 2015

Météores pop-rock (Le Monde)

De gauche à droite : John Densmore, Robbie Krieger, Ray Manzarek et Jim Morrison (1970). AP
Arte propose deux documentaires sur les iconiques Jimi Hendrix et Jim Morrison (samedi 1er août, à 22 h 15 et 23 h 45, sur Arte).


Jimi Hendrix, guitariste de génie, et Jim Morrison, chanteur charismatique des Doors, restent les deux grandes figures légendaires de la musique pop-rock des années 1970. Leur inventivité et leur extravagance mêlant psychédélisme et poésie ont révolutionné la scène musicale dans un monde et une époque encore remués par les révoltes étudiantes. Tous deux morts à l’âge de 27 ans – le premier à Londres d’une overdose ; le second à Paris d’une crise cardiaque – ont rejoint « le club des 27 » dans lequel on retrouve Brian Jones, Janis Joplin, Kurt Cobain et, depuis 2011, Amy Winehouse, eux aussi décédés dans leur vingt-septième année.

vendredi 7 août 2015

Fenêtre sur les Doors (Libération)



 

 «Feast of Friends» est l’unique documentaire réalisé sur les Doors et autoproduit. Une pépite dont l’image et le son viennent d’être restaurés.




mercredi 5 août 2015

Joan Baez, l'héritage folk (Libération)



 SUMMER OF PEACE Un documentaire diffusé ce samedi soir sur Arte retrace la carrière de la chanteuse.


«Parfois les gens ont une image de moi qui ne me correspond pas. Encore aujourd’hui je me bats pour faire la distinction entre cette image et ma propre réalité. Ou du moins l’image que j’ai de moi-même. En général, il n’y a pas grand rapport entre les deux.»

lundi 3 août 2015

Patti Smith, Sainte icône du punk. Une certaine idée de la révolution (24heures.ch)





Samedi à Paléo, l'américaine a réussi à haranguer la foule jusqu'à la transe avec Horses, son album de 1975. En état de grâce, les nerfs en fleurs.



Patti Smith et son timbre, son phrasé et la rage brute des textes de son premier album, Horses, ont été scandés jusqu’à l’essoufflement, samedi soir, sur la scène des Arches. Et ont suffoqué plus d’un auditeur.

samedi 1 août 2015

Joanne Shaw Taylor en concert en France en novembre 2015






Joanne Shaw Taylor est une guitariste de blues rock britannique que j'apprécie particulièrement. J'ai présenté son parcours dans un article intitulé "Joanne Shaw Taylor de blues en rock" ainsi que son dernier album, publié en 2014 intitulé  "The Dirty Truth"



L'artiste s'est déjà produite en France au printemps 2015. Elle viendra exprimer son talent, à nouveau, chez les mangeurs de grenouilles que nous sommes à l'automne prochain. Quatre dates sont à retenir.

  • 11/11 Salon-de-Provence Portail Coucou
  • 13/11 Ensisheim, Alsace, France, WOODSTOCK SALlE
  • 14/11 FURDENHEIM, L'Artist K'fé
  • 15/11 LILLE, LE SPLENDID
 Si vous avez l’occasion, allez la voir !